La pratique de la musique avant 14 ans booste les capacités du cerveau

Saviez-vous que la pratique de la musique avant l’âge de 14 ans est plus que bénéfique pour le cerveau ? L'éducation musicale "intensive" entamée avant 14 ans et poursuivie durant dix ans serait bénéfique pour nos capacités à comprendre un discours. 

Des chercheurs de l’Institut de recherche Rotman au Canada affirment que la pratique de la musique avant l’âge de 14 ans, et poursuivie pendant 10 ans, a un effet bénéfique et durable sur les capacités du cerveau à appréhender et comprendre un discours.

Et ce bienfait perdurerait longtemps après, à l'âge adulte, et même jusqu'à un âge avancé.

L'étude a été effectuée chez 20 adultes de 55 à 75 ans, sans problème auditif, parmi eux 10 musiciens et 10 personnes n’ayant aucune formation musicale. 

Les chercheurs ont fait écouter des morceaux de discours à leurs « cobayes » ; au même moment une équipe analysait l’activité neuronale grâce à un électroencéphalogramme qui montrait en temps réel l’activité du cerveau en réponse à des stimuli. 

Les résultats sont surprenants ! L’étude démontre qu’un jeune musicien a plus de facilité à comprendre et à interpréter un discours qu’une personne non-musicienne. 

De plus, les personnes âgées ayant pratiqué la musique pendant au moins 10 ans pendant leur jeunesse ont des "réponses cérébrales" plus vives et plus efficaces. Ces personnes comprennent donc mieux le sens d’un message.

Leur cerveau leur procure une description plus nette, précise et détaillée d’un discours ; cette capacité est due à la plasticité cérébrale qui organise des réseaux des neurones en fonction des expériences vécues par l’organisme : ici, la formation musicale.

« Nous avons observé une réponse du comportement cérébral qui était deux à trois fois plus performante chez les musiciens âgés que chez les non-musiciens. En d’autres termes, le cerveau des premiers procure à ceux-ci une description beaucoup plus nette, précise et détaillée d’un discours, ce qui explique probablement pourquoi ils comprennent mieux un message ». Gavin Bidelman, premier auteur de l'étude

La pratique de la musique permettrait également de retarder le déclin cognitif (perte progressive des capacités cérébrales telles que la mémoire, l’expression, l’orientation etc.) et des maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer.

Source : La revue The Journal of Neuroscience 


Sur le même sujet :
Quand la musique est bonne ... pour l’orthographe
L'apprentissage de la musique permettrait d'avoir des meilleures notes
Faut-il interdire de réviser avec de la musique ?

5/5 (1 vote)
Monica LR

Monica LR

Animatrice de communautés et rédactrice web.
"Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste." (W. Shakespeare)

Commentaires

Ajouter un commentaire

To prevent automated spam submissions leave this field empty.