Évaluations nationales : le confinement a entraîné une baisse de niveau des écoliers

Le ministère de l’Education a dévoilé lundi 09 novembre les résultats des évaluations nationales de CP, CE1 et 6e qui se sont déroulées à partir du mois de septembre et qui ont aussi permis de mesurer l’effet du confinement sur le niveau des élèves.

Les résultats font état d'une baisse de niveau, surtout en CE1, tandis que les écarts se sont creusés entre les plus défavorisés et les autres.

Baisse de niveau en français en CP et CE1

Le niveau de maîtrise des acquis des élèves qui sont entrés en CP et CE1 en septembre 2020 a diminué.

En CP, le ministère de l'Education note une « légère baisse » des acquis, en français et en mathématiques et d'un creusement des écarts entre élèves d'écoles défavorisées (REP et REP +) et les autres. 

Par exemple, les résultats au CP sont en recul de 2 points sur les exercices consistant à « manipuler des syllabes », en français, et de 1,8 point sur la « résolution de problèmes », en mathématiques. 

En classe de CE1, les baisses sont plus sensibles.

En 2019, les évaluations nationales avaient témoigné d’une amélioration des compétences des élèves et d’une réduction des écarts de niveaux entre ceux de l’éducation prioritaire et des autres. Mais la crise sanitaire a eu des répercussions sur les élèves qui sont en CE1 cette année : en septembre 2020, la baisse est surtout notable en français.

Leur aptitude à lire à voix haute chute de 4,3 points par rapport à 2019 (68,3 % y parviennent, contre 72,6 % l’an dernier) et leur capacité à écrire des mots chute de 4,5 points (72,6 % maîtrisent cette compétence, contre 77,1 % l’an dernier).

Cette baisse, Édouard Geffray, directeur général de l’enseignement scolaire, l'explique par le fait qu' « entre février et juin, les élèves de CE1 passent généralement de la lecture de mots à la lecture de phrases. Et c’est justement le moment où ils ont été confinés ».

En revanche, leurs compétences en mathématiques font état d'une relative stabilité.

Les inégalités se creusent

Les inégalités de niveau se sont encore creusées, entre les écoles de l'éducation prioritaire et celles plus favorisées, particulièrement sur certains types d'exercices comme la lecture à voix haute.

La réduction des écarts constatée l’an dernier, attribuée au dédoublement des classes en éducation prioritaire, a été "effacée" cette année : « les progrès accomplis en 2018-2019 au début de l'école primaire ont été effacés pour l'année 2019-2020 », regrette ainsi Jean-Michel Blanquer.

Preuve, estime Edouard Geffray, qu'« on ne peut pas remplacer l'école en présentiel pour des savoirs aussi fondamentaux que la lecture et l'écriture ».

Du mieux pour les élèves de 6è

En sixième les résultats se sont améliorés en français et en mathématiques par rapport à l'année 2019.

En effet, les tests à l'entrée en 6e montrent des résultats en hausse de 6 points en français et de 4 points en mathématiques.

On constate également via le test de fluence, ajouté aux évaluations cette année, que 53 % des élèves lisent plus de 120 mots par minute et que 15 % sont en dessous (et donc possèdent un niveau de lecture égal ou inférieur à celui attendu en fin de CE2...).

Enfin, les écarts se sont accrus en mathématiques entre les élèves entrant en 6e en éducation prioritaire et les autres.


Aucun vote pour le moment
Monica LR

Monica LR

Animatrice de communautés et rédactrice web.
"Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste." (W. Shakespeare)

Commentaires

Ajouter un commentaire

To prevent automated spam submissions leave this field empty.