9 jeunes sur 10 considèrent que leur génération doit changer le monde

9 jeunes sur 10 considèrent que leur génération doit changer le monde

À l’occasion de la Journée internationale de l’Éducation, WISE (Sommet Mondial de l’Innovation pour l’Éducation) a dévoilé les résultats de son enquête sur la façon dont les jeunes de la génération Z voient leur éducation et la confiance qu’ils ont en l’avenir.

L’enquête, menée par Ipsos dans 20 pays au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie, en Amérique du Nord et du Sud, et en Europe, auprès de 9 509 jeunes âgés de 16 à 25 ans, montre que 87 % des jeunes pensent que leur génération doit agir pour améliorer le monde. Mais seule la moitié des jeunes déclarent se sentir prêts à l'améliorer.

Ce qu'ils attendent de l'école

Ils n’attendent pas nécessairement des écoles de faire d'eux des citoyens plus actifs et plus équilibrés, mais plutôt de les préparer à l'avenir sur un plan plus personnel.

Pour les jeunes, les 3 principales raisons de fréquenter l'école sont :
 Elargir leurs connaissances et être prêt pour l'avenir (89% considèrent cela important)
 Etre en mesure de trouver un emploi et de gagner de l'argent (87%)
 ​Pour en savoir plus sur le monde qui les entoure et avoir un impact positif sur la planète

Plus de la moitié des jeunes interrogés déclarent être suffisamment préparés pour prendre soin d’eux (64 %), gérer les priorités (58 %), prendre soin des autres (58 %), trouver un métier qu’ils aiment (54 %).

« Les jeunes sont conscients des défis auxquels notre monde est confronté et savent qu’ils ont la responsabilité, en tant qu’adultes, de les relever. Mais ils sont également pragmatiques, à la fois sur leur niveau de préparation — ils ne se sentent pas encore tout à fait prêts — et sur la nécessité d’être des participants actifs à l’économie. », a déclaré Stavros N. Yiannouka, PDG de WISE.

Globalement satistaits de leurs éducation 

90% des jeunes interrogés pensent que l'éducation est précieuse et qu'elle ne se limite pas à apprendre une carrière. 

De plus, pour 84 % d’entre eux, l’apprentissage en dehors de l’école est tout aussi important que l’apprentissage à l’école.

Les jeunes voient toutefois deux axes d’amélioration majeurs à leur éducation.

Tout d’abord, une approche plus personnalisée : 60 % des jeunes interrogés disent souhaiter que leurs enseignants leur donnent des conseils plus personnalisés sur leur orientation et des moyens d’apprendre et d’étudier qui soient adaptés à leurs besoins.

Ensuite, plus de place pour les compétences du XXIe siècle : plus de la moitié des jeunes affirment que leur scolarité accorde peu de place aux nouvelles technologies (intelligence artificielle, codage, etc.), à la créativité et à la curiosité (44 %) et aux compétences en communication et en organisation (41 %).

En France, des jeunes conscients des inégalités

D’après l’enquête, les jeunes Français sont préoccupés d’abord par le changement climatique et l’environnement (91%).

Voici les autres chiffres à retenir : 

 58% des jeunes sont intéressés par le contenus des cours, le plus bas taux en Europe ex-aequo avec les Allemands, contre 80% en Finlande.
 Moins d'un jeune sur deux estime que  le système éducatif français offre à chacun des opportunités équitables (contre 78% en Finlande).
 Ils sont les moins nombreux en Europe à juger que chacun a le même accès à l’éducation quel que soit son milieu (vs 79% en Finlande, 70% en Allemagne).
 41% estiment que garçons et filles ont les mêmes chances sur le marché du travail
 44% jugent que la qualité des enseignants est très bonne ou excellente, et seuls 43% estiment que la diversité des matières est suffisante.

Les jeunes Français sont systématiquement les plus pessimistes derrière le Royaume-Uni, la Russie, l’Allemagne et la Finlande.

5/5 (2 votes)
Monica LR

Monica LR

Animatrice de communautés et rédactrice web.
"Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste." (W. Shakespeare)

Commentaires

Ajouter un commentaire

To prevent automated spam submissions leave this field empty.