L'orientation est source d'angoisse pour les filles et les plus modestes

Selon une étude menée par le le Conseil national d'évaluation du système scolaire (CNESCO) sur les jeunes de 18-25 ans, intitulée "Comment l’école française aide-t-elle les élèves à construire leur orientation ?", choisir son orientation est une source de stress pour nombre d'entre eux, notamment chez les filles et les plus modestes.

"L’orientation a constitué une source de stress pour deux tiers des jeunes. Ce sentiment a touché davantage les filles, les étudiants/diplômés de l’enseignement supérieur et les enfants d’ouvriers/employés (…) Les filles, les élèves hors éducation prioritaire et ceux qui ont poursuivi leurs études en voie générale se considèrent moins accompagnés par l’institution scolaire (…) Le coût des études conduit un élève sur trois à renoncer à certaines filières".

Un jeune sur deux (48%) déclare ne pas avoir été bien accompagné par son établissement au sujet de l'orientation.

Les filles sont les moins satisfaites de cet accompagnement (41% contre 53% pour les garçons) et sont aussi plus nombreuses à déclarer que l'orientation a été pour elles, sources de stress (72% contre 63% chez les garçons). Les enfants d'ouvriers et employés sont également plus stressés que les autres (74%).

Alors que les filles font souvent partie des meilleures élèves, 78% ont renoncé à une orientation envisagée, contre 64% des garçons. Une disparité en partie liée à l'origine sociale mais aussi par les stéréotypes genrés qui persistent. Sans oublier qu'elles se considèrent moins intelligentes que les garçons dès l'âge de 6 ans...

Les conseils d'un coach pour s'orienter

Les semaines dédiées à l'orientation apportent des informations sur les métiers ou les filières mais il manque des ateliers de découverte et/ou connaissance de soi. 

Un élève sur cinq a recours à un coach privé (payant ou associatif) dédié à l'orientation. Un soutien qui est marqué socialement : les familles favorisées font plus appel à des coachs payants, les classes moyennes à des coachs gratuits, et les familles défavorisés s'en passent le plus souvent.

5/5 (2 votes)
Monica LR

Monica LR

Animatrice de communautés et rédactrice web.
"Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste." (W. Shakespeare)

Commentaires

Ajouter un commentaire

To prevent automated spam submissions leave this field empty.