Les aînés d’une famille auraient un avantage intellectuel sur leurs cadets

Selon une étude américaine, publiée dans le Journal of Human Resources, les aînés d'une famille bénéficieraient d’un avantage intellectuel sur leurs frères et sœurs.

Les chercheurs, qui se sont basés sur des données issues de l’enquête National Longitudinal Survey of the Youth - portant sur environ 10 000 jeunes Américains âgés de 14 à 21 ans - ont démontré que les aînés ont de plus grandes facilités car ils ont été stimulés dès leur plus jeune âge par leurs parents.

Le comportement des parents, qui change au fil des naissances, expliquerait ce décalage.

En effet, ils font plus attention au premier-né, avec qui ils ont tendance à vouloir tout faire parfaitement. Par la suite, s'il y a d'autres naissances, les parents s'investissent moins dans la stimulation mentale de leur deuxième (ou troisième) enfant. Ils passent moins de temps à jouer avec eux, à leur lire des livres etc. 

Ce "désinvestissement parental" n’est pas sans conséquence sur les capacités cognitives des enfants. Les cadets auraient donc tendance à être moins performants dans leurs études. 

Quelle leçon en tirer ?

Au vu de ces résultats, les parents ne doivent pas sous-estimer l’importance de leur investissement dans l’éducation de chacun de leurs enfants. 

Les auteurs de l'étude soulignent l'importance de toutes les activités d'apprentissage menées avec le premier enfant qui semblent avoir un impact positif et durable sur son développement.

En effet, les résultats obtenus expliquent en partie, selon les chercheurs, le fait que les aînés de la famille ont souvent de meilleurs salaires et font de meilleures études que les autres une fois devenus adultes...

A méditer !

5/5 (1 vote)
Monica LR

Monica LR

Animatrice de communautés et rédactrice web.
"Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste." (W. Shakespeare)

Commentaires

Ajouter un commentaire

To prevent automated spam submissions leave this field empty.